SANTÉ Coronavirus: comment le monde va-t-il vacciner sept milliards de...

Coronavirus: comment le monde va-t-il vacciner sept milliards de personnes?

-

Des équipes à travers le monde travaillent pour développer un vaccin qui devra être efficace contre Covid-19.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson l’a qualifié d  »’effort commun le plus urgent de notre vie ».

Mais loin de la science de pointe concernant la recherche d’une formule gagnante, qu’en est-il de la logistique du déploiement d’un vaccin à sept milliards de personnes dans le monde?

Au Royaume-Uni, le cœur de cet effort se trouve au Harwell Science Campus, sur une ancienne base aérienne de la RAF dans l’Oxfordshire.

Il s’agira du Centre britannique de fabrication et d’innovation pour les vaccins (VMIC), dont les plans ont été avancés par Covid-19.

 »Nous avons vraiment réduit la chronologie de près de moitié. Donc, alors que nous nous attendions à ce qu’elle soit prête à la fin de 2022, nous espérons maintenant l’avoir en ligne en 2021 », explique Matthew Duchars, directeur général de VMIC.

‘Comme faire un gâteau’

M. Duchars n’a pas encore pris de vacances d’été car il sait que cet endroit pourrait finir par produire le vaccin de l’Université d’Oxford. Il est en contact permanent avec l’équipe du Jenner Institute, juste en bas de la rue à Oxford.

Il dit que c’est une lourde responsabilité.

 »Il est extrêmement important, non seulement pour le pays mais pour le monde de pouvoir produire ces types de vaccins rapidement et efficacement », dit-il.

« Pour utiliser une analogie, c’est comme préparer un gâteau à la maison. Vous pouvez passer des heures à préparer le gâteau parfait et maintenant vous devez sortir et en cuire 70 millions et ils doivent tous être parfaits, donc c’est tout un défi, » explique M. Duchars.

C’est le moins qu’on puisse dire.

L’Université d’Oxford a déjà dû sécuriser suffisamment d’espace de laboratoire temporaire pour commencer à fabriquer son vaccin maintenant, avant même de connaître les résultats de ses essais mondiaux.

En fin de compte, la race humaine devra fabriquer des milliards de doses de plusieurs types de vaccins Covid-19. Ils devront tous être fabriqués, distribués et administrés dans le monde entier.

L’alliance internationale pour les vaccins – Gavi – exhorte les pays à commencer à réfléchir au déploiement des vaccins dès maintenant.Un essai du vaccin Oxford en Afrique du Sud

Mais il n’est pas facile d’obtenir une coopération internationale, car de nombreux pays riches sont en train de conclure déjà des accords bilatéraux avec des sociétés pharmaceutiques pour s’assurer qu’ils peuvent sécuriser leurs approvisionnements si la formule magique est trouvée.

Surmonter l’intérêt personnel

Seth Berkley, PDG de Gavi, indique que l’un des plus grands obstacles auxquels il est confronté est une sorte de « nationalisme vaccinal ».

« Je pense que nous avons besoin que tous les pays réfléchissent à cela d’une manière globale, en partie parce que c’est la bonne chose à faire mais aussi parce que c’est une question d’intérêt personnel », dit-il.

« Si vous avez de grands réservoirs de virus qui circulent dans les pays voisins, vous ne pouvez pas reprendre votre commerce, voyager ou les déplacements normaux de personnes. Il est vraiment important d’avoir cet état d’esprit du genre : nous ne sommes pas en sécurité, à moins que tout le monde ne soit en sécurité, » ajoute M. Berkley.

En plus d’essayer de s’assurer que les pays en développement ont accès aux bons vaccins, M. Berkley doit réfléchir aux aspects les plus prosaïques du déploiement des vaccins, notamment s’il y a ou non suffisamment de flacons en verre dans le monde. Il y a eu des rapports évoquant un goulot d’étranglement potentiel dans la production de verres médicaux.

 »Nous étions inquiets à ce sujet », admet M. Berkley,  »nous avons donc acheté suffisamment de flacons pour deux milliards de doses, c’est le nombre de doses que nous espérons avoir prêts d’ici la fin de 2021 ».

Si les flacons en verre posent un problème potentiel, les réfrigérateurs le sont aussi, car la plupart des vaccins doivent être conservés à basse température.

Garder la chaine de froid

Le professeur Toby Peters, expert en logistique de la chaîne du froid à l’Université de Birmingham, aide des organisations comme Gavi à réfléchir à la manière de maximiser la capacité de réfrigération existante dans les pays en développement.

Il dit: « Ce n’est pas seulement un réfrigérateur à vaccins, c’est en fait tous les autres éléments aussi: les palettes qui les déplacent dans les avions; les véhicules qui les transportent vers les magasins locaux, puis les motos et les gens qui les sortent correctement dans les communautés. Tout cela doit fonctionner de manière transparente. « Vaccin en flacon en verre

Le professeur Peters s’est entretenu avec des entreprises mondiales de produits alimentaires et de boissons pour explorer l’emprunt de stockage de la chaîne du froid pour aider à ce projet gigantesque.

Pour rendre le déploiement du vaccin plus gérable, les pays devront déterminer à qui donner la priorité dans leur population.

Qui est le premier en ligne?

Le Dr Charlie Weller, responsable des vaccins au Wellcome Trust au Royaume-Uni, déclare que les pays vont devoir poser des questions franches.

« Qui a besoin de ce vaccin? Quels sont les groupes à risque le plus élevé? Et qui sont la priorité la plus élevée? Parce que ce que nous savons assez clairement, c’est que tout vaccin initial est susceptible de ne pas satisfaire la demande, il faudra donc faire des choix. »

Même faire les vaccinations proprement dites sera difficile.

Le Royaume-Uni, par exemple, étudie un modèle qui utilise son réseau de bureaux de vote pour traiter la population. Mais pour les pays plus pauvres, c’est encore plus difficile.

Le Dr Weller insiste sur le fait que des systèmes de santé solides seront essentiels, avec des travailleurs de la santé qui possèdent les compétences techniques appropriées pour vacciner les groupes cibles.

Les scientifiques pensent tous qu’un type de vaccin sera trouvé. Mais beaucoup d’entre eux disent qu’ils se préoccupent de l’ampleur de ce qui doit être fait pour atteindre des milliards de personnes.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks