SANTÉ L’OMS et l’UNICEF considèrent l’allaitement maternel exclusif comme une...

L’OMS et l’UNICEF considèrent l’allaitement maternel exclusif comme une priorité de santé publique en Afrique

-

Donner le sein, sauver des vies ! La Semaine mondiale de l’allaitement maternel édition 2020, célébrée du 1er au 7 août de l’année en cours, est l’occasion pour des organisations, des associations, des hommes et des femmes dans le monde entier, de soutenir, d’encourager et de protéger l’allaitement maternel.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance UNICEF, allaiter à la demande, jour et nuit, sans complément d’eau ni d’autres aliments, permettrait d’endiguer la mortalité néonatale et infantile.

En Afrique, 5 millions d’enfants meurent chaque année sans avoir fêté leur 5e anniversaire. Diarrhée, pneumonie, paludisme, malnutrition, maladies infectieuses… Sur ce continent, la mort guette le bébé partout. Au point qu’un nourrisson y a quatorze fois plus de risques de mourir au cours de son premier mois de vie que dans un pays du Nord.

Pourtant, il existe un élixir à la portée de chaque bébé, quel que soit le statut social, culturel et financier de sa famille. Un aliment dont disposent toutes les mères et qui offre toutes les garanties sanitaires et nutritionnelles, sans recourir à l’aide au développement ni à des dépenses supplémentaires pour les Etats ou les familles : le lait maternel. D’après les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la généralisation d’un allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois de vie d’un bébé permettrait d’endiguer la mortalité néonatale et infantile et de sauver chaque année 200 000 vies rien qu’en Afrique de l’Ouest.

S’appuyant sur diverses études scientifiques, les deux institutions onusiennes recommandent que tous les nourrissons reçoivent cette alimentation unique. C’est pour aider les mères à mieux s’informer sur ce sujet qu’elles ont lancé une campagne baptisée « Plus fort avec le lait maternel uniquement » à l’occasion de la semaine mondiale de l’allaitement maternel, du 1er au 7 août. Pilotée conjointement par l’Unicef, l’OMS et Alive & Thrive (une initiative mondiale en faveur de la nutrition), cette campagne met en avant les vertus d’un allaitement à la demande, jour et nuit, sans complément d’eau ni d’autres liquides ou aliments, même dans les climats chauds et secs comme en Afrique de l’Ouest.

Réduire les risques de cancer

« Le lait maternel est constitué à 88 % d’eau. Il contient tous les nutriments et anticorps indispensables à la santé et au développement du nourrisson », rappelle Adelheid Onyango, conseillère en nutrition au bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. Elle ajoute que strictement appliquée, une mise au sein précoce et exclusive permettrait d’éviter un tiers des infections respiratoires, la moitié des épisodes diarrhéiques et éloignerait même les risques d’obésité et d’hypertension artérielle plus tard durant la vie adulte. Et contrairement aux idées reçues, la mère en tire elle aussi des bénéfices, puisque l’allaitement accélère sa récupération après l’accouchement et réduit ses risques de cancers du sein ou de l’utérus.

Même si l’allaitement a toujours occupé une place privilégiée dans l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant en Afrique, sa pratique est jugée encore bien trop confidentielle. Aujourd’hui, seuls quatre nouveau-nés sur dix sont mis au sein dans l’heure suivant la naissance et seuls trois bébés sur dix sont exclusivement nourris de cet aliment jusqu’à l’âge de 6 mois.

Bien souvent, « les maternités sont trop étroites pour recevoir plusieurs parturientes en même temps et le nombre important d’accouchements empêche de proposer l’allaitement dès les premières minutes de vie du nouveau-né », explique Marie-Thérèse Arcens Somé, sociologue de la santé et autrice d’une étude sur « le défi de l’adoption de l’allaitement maternel exclusif au Burkina Faso », publiée en février dans la revue Santé publique. Pour elle, « l’attention des sages-femmes se concentre sur les gestes techniques et très peu sur les informations à transmettre et à faire appliquer pour la survie du bébé », relaye Raoul Mbog du quotidien lemonde.fr.

Les jeunes mères repartent donc à la maison sans avoir été guidées sur l’importance du geste nourricier en termes de santé et de développement de leur enfant. Et sans qu’on leur ait montré les bons gestes. C’est d’autant plus dommage que, comme le rappellent les spécialistes, allaiter n’a rien de « naturel ». C’est un geste qui s’apprend.

Le lobbying des laitiers

Parmi les autres facteurs qui empêchent l’allaitement exclusif de s’imposer dans les habitudes des mères, la chercheuse mentionne certaines pratiques sociales et culturelles, comme les rites traditionnels consistant à administrer au nouveau-né des décoctions et des onguents. Une tradition qui s’observe dans les 24 pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale et qui peut être partiellement tenue pour responsable de la malnutrition aiguë sévère dont souffrent quelque 4,9 millions d’enfants de ces régions.

A cela s’ajoutent les messages véhiculés par les fabricants de lait en poudre. Ces derniers, qui ont compris que l’Afrique était une terre prometteuse à l’heure où les prévisions démographiques parient sur un doublement de la population d’ici à 2050, font entendre leur voix sur un marché qui représentait déjà quelque 71 milliards de dollars en 2019 (environ 63 milliards d’euros), selon l’ONG Action contre la faim. Or tous les spécialistes le répètent depuis les années 1960 : les substituts au lait maternel constituent un des obstacles majeurs à l’élargissement de l’allaitement sur le continent.

Ces messages en faveur du lait en poudre, qui s’appuient sur des références à une certaine « modernité », sont d’autant plus néfastes que mettre le bébé au sein reste « un moyen parmi les plus efficaces de préserver sa santé, sa croissance et aussi d’assurer le développement de son pays », estime Aita Cissé, d’Alive and Thrive. Pour elle, l’allaitement ne représente pas qu’un enjeu de santé publique, c’est aussi « une urgence pour le développement humain et économique en Afrique subsaharienne ». En effet, si ce mode de nutrition infantile se généralisait, il générerait un gain économique de 42 milliards de dollars par an grâce notamment à la réduction des dépenses de santé, estime la spécialiste.

La conscience des bienfaits multiples de l’allaitement commence à se répandre et, en dépit du marketing offensif des laitiers, des avancées notables se font jour. Selon le dernier rapport mondial sur la nutrition, publié en mai, onze pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale sont en bonne voie pour atteindre le taux de 50 % d’allaitement exclusif que se sont fixé les Nations unies pour l’horizon 2025. Le Burkina Faso, le Cameroun, la Mauritanie et la République démocratique du Congo (RDC) en font partie, même s’il leur reste de nombreux autres défis à relever pour que tous les nouveau-nés aient un bon départ dans la vie.

Sommaire de la série « Donner le sein, sauver des vies »

Allaiter les bébés… geste salvateur. A l’heure où 5 millions d’enfants africains meurent chaque année avant leurs 5 ans, une campagne baptisée « Plus fort avec le lait maternel uniquement » se déroule tout au long de cette semaine mondiale de l’allaitement maternel, du 1er au 7 août. Pilotée conjointement par l’Unicef, l’OMS et Alive & Thrive (une initiative mondiale en faveur de la nutrition), cette campagne met en avant les vertus d’un allaitement à la demande, jour et nuit, sans complément d’eau ni d’autres liquides ou aliments, même dans les climats chauds et secs comme en Afrique de l’Ouest.

En collaboration avec le Fonds français Muskoka, Le Monde Afrique raconte dans une série de reportages, en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, les freins au développement de cette pratique. Manque d’informations des mères burkinabées, difficultés à conjuguer travail et allaitement intégral à Dakar, crainte de voir ses seins s’affaisser pour certaines mamans camerounaises… Les raisons sont multiples.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks