AFRIQUE Un investisseur local Camerounais finance la production de produits...

Un investisseur local Camerounais finance la production de produits laitiers et de biogaz dans le septentrion

-

Bonne nouvelle pour la filière laitière et de biogaz au Cameroun. En effet, un projet de production de produits laitiers et biogaz vient d’être signé entre l’homme d’affaire camerounais Etienne Valère Olougou et l’Agence de promotion des Investissements. L’unité se situera dans la région de l’Adamaoua et générera 200 emplois.

A travers la Société agropastorale et industrielle de Ngaoussai, située dans la région de l’Adamaoua, Etienne Valère Olougou projette d’investir 9 milliards de FCFA dans la construction d’une unité de production de produits laitiers (lait, fromage, yaourt) et de biogaz, nous apprend Investir au Cameroun.

Ce projet, qui permettra de créer environ 200 emplois, selon le promoteur, va bénéficier des avantages fiscalo-douaniers prévus par la loi de 2013 (révisée en 2017) portant incitations à l’investissement privé en République du Cameroun. Le porteur du projet a, de ce fait, signé une convention avec l’Agence de promotion des investissements (API), le 30 juillet 2020 à Yaoundé, la capitale du pays.

Cette loi permet aux investisseurs désirant s’installer ou alors étendre leurs activités au Cameroun de bénéficier de différentes exonérations fiscalo-douanières sur des périodes allant de 5 à 10 ans, aussi bien pendant la phase d’installation que de production.

L’unité agro-industrielle en gestation dans la région de l’Adamaoua, l’un des terreaux de l’élevage bovin au Cameroun, pourrait devenir la première unité industrielle de ce type fonctionnelle dans cette région propice à l’élevage. Ceci dans la mesure où les deux laiteries construites par le gouvernement dans les villes de Ngaoundéré et de Meiganga depuis bientôt 5 ans n’ont véritablement jamais fonctionné, selon des sources locales.

Selon les statistiques du ministère de l’Élevage, le Cameroun accuse un déficit moyen de production de plus de 170 000 tonnes de lait par an, puisque la production nationale culmine à environ 125 000 tonnes seulement, pour une demande estimée à 297 000 tonnes. À l’origine de cette situation, soulignent les experts, le faible rendement des espèces de vaches utilisées par les producteurs, ainsi que l’enclavement des principaux bassins de production.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks