ACCUEIL Les phases de prolifération des discours complotistes correspondent à...

Les phases de prolifération des discours complotistes correspondent à des périodes de crises sociopolitiques. Cet imaginaire du méga-complot ressurgit ensuite massivement au tournant du XXe siècle, où il va s’articuler à une dimension antisémite, en lien avec la fixation d’un imaginaire raciologique dans l’ensemble de l’Europe. Au cours du XIXe siècle, la «race» est en effet devenue un instrument de classification, qui mènera, comme on le sait, au développement d’une pluralité d’idéologies racistes. Dans ce contexte, deux éléments caractéristiques du discours antisémite facilitent sa superposition avec l’imaginaire post-révolutionnaire complotiste mêlant Illuminés et francs-maçons: l’association des personnes de confession juive à l’appât du gain (et donc du pouvoir) ainsi qu’au cosmopolitisme, en pleine période d’affirmation des États-nations. À LIRE AUSSI Les Illuminati sont nés d’une vaste (mauvaise) blague Réactivation des grands discours complotistes Nul hasard que les figures d’individus comploteurs, qui se multiplient dans les discours et la fiction, fassent alors se rencontrer les imaginaires du «complot maçonnique» et du «complot juif» international. On retrouve cette association dans le faux plan de conquête du monde Les Protocoles des Sages de Sion rédigé en russe à Paris au tout début du XXᵉ siècle. L’entre-deux-guerres, et les périodes suivantes, prolongeront et accentueront cette dynamique de superposition en associant le franc-maçon, les juifs et les juives au communiste, puis à partir de la guerre froide à l’extra-terrestre, à l’islam ou encore aux élites mondiales. Si l’essor d’internet a ouvert une nouvelle «ère du complotisme», celle-ci est également une phase de réactivation de la plupart des grands discours de ce genre qui l’ont précédée. À LIRE AUSSI Que répondre à quelqu’un qui vous envoie une vidéo complotiste sur le Covid-19? C’est ce que montrent de manière exemplaire les discours complotistes autour du Covid-19, dont la portée antisémite a fait l’objet d’une plainte du bureau national de vigilance contre l’antisémitisme le 24 mars 2020. Des messages de haine contre des personnalités identifiées comme juives par des internautes ont en effet été diffusés. Or, on relève au sein de cet ensemble complotiste des superpositions et associations caractéristiques des périodes de crises précédentes: outre les personnes juives, on note que les francs-maçons, les élites économiques et politiques, les organisations internationales –l’Organisation mondiale de la santé par exemple– sont régulièrement convoqués et reliés les uns aux autres pour produire le récit d’une domination tentaculaire et masquée. Il s’agit là d’une manifestation exacerbée de ce qui constitue l’essence même de la fiction: le déploiement d’une cohérence imaginaire, rassemblant des références éparpillées à une réalité sociopolitique. Ce processus concerne l’ensemble des réthoriques complotistes, qui ne s’inscrivent cependant pas tous dans une même accusation insensée. Fiction diabolisante vs fiction critique S’il est essentiel de combattre les attaques construisant des figures de boucs émissaires, il ne faut pas pour autant tomber dans le piège du rejet méprisant de tout discours complotiste. Il n’est pas seulement «l’opium des imbéciles»: dans certaines conditions, il peut rendre compte d’une pensée critique visant notamment les pouvoirs et institutions en place. Encore faut-il avoir les bons outils pour distinguer ce qui relève de la controverse et ce qui se réduit à la stigmatisation nauséabonde et infondée de certaines catégories de population. Pour ce faire, les études littéraires renferment des ressources intéressantes. Les discours complotistes ne sont pas seulement «l’opium des imbéciles». Un premier appui nous est fourni par la sociocritique, qui consiste à analyser l’articulation des formes d’écriture et des représentations sociales. Dans ses travaux consacrés à la représentation des la population juive au tournant du XXᵉ siècle, Marc Angenot a montré comment se constituait l’imaginaire antisémite du méga-complot: outre la présence effrayante et méprisante de certains traits physiques et psychologiques attribués aux juifs et aux juives, il note la récurrence d’une vision délétère de l’évolution de la société. C’est l’expression conjuguée d’une frayeur, d’un mépris, d’un pessimisme et d’une tendance aux explications et jugements univoques qui définit une fiction complotiste diabolisante, dont les exemples antisémites actuels offrent une illustration. Une deuxième piste serait d’appliquer la distinction entre roman à thèse et engagement littéraire aux discours complotistes auxquels nous sommes confrontés. On peut en effet considérer que le roman à thèse, dont la visée principale est la défense d’une doctrine, constitue un sous-ensemble de l’engagement littéraire. L’engagement littéraire consiste lui, plus largement, en la dénonciation d’un inacceptable, dans une perspective plus ou moins constructive. Tout comme l’engagement littéraire ne se limite pas à la défense d’une doctrine, les discours complotistes ne consistent pas tous à diaboliser telle ou telle cible. Teneur critique des fabulations Certains intègrent par ailleurs des procédés rhétoriques et stylistiques rappelant ceux d’une écriture fictionnelle engagée –comme l’est la célèbre œuvre dystopique de Margaret Atwood, La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale, 1985). Ce roman, exemple typique de fiction engagée, développe une critique féministe et écologiste, à travers la description d’une théocratie totalitaire asservissant les femmes. Il y a quelques mois, le site Opinion internationale résumait avec ironie la teneur de quelques prétendus complots liés à la pandémie, avant de procéder à un utile rappel des faits: la visée principale de l’article, railler les dérives du complotisme, est sans ambiguïté. Certains intègrent des procédés littéraires rappelant ceux d’une écriture fictionnelle engagée. Il n’empêche que les fabulations exposées possèdent aussi une teneur critique. De fait, la lecture complotiste de l’absence de confinement systématique aux États-Unis, ou de dépistage massif en France au début de l’épidémie, révèle que ces choix gouvernementaux interrogent certains citoyen·es car ils s’avèrent extrêmement problématiques. L’énormité de la fabulation complotiste signale en l’occurrence la gravité des problèmes énumérés, sans pour autant se conjuguer à un processus de diabolisation. À LIRE AUSSI Trump et ses proches diffusent des théories du complot sur le coronavirus Par les temps qui courent, une telle distinction entre diabolisation et critique pourrait nous aider à faire la part des choses entre un imaginaire paranoïaque nauséabond et l’esquisse d’une pensée critique qui, pour fantaisiste qu’elle puisse paraître, ne se réduit pas à un discours délirant.

-

Un gigantesque feu de végétation a ravagé 1.025 hectares à Martigues et sur la Côte Bleue. 2.700 personnes ont été évacuées mais personne n’a été gravement blessé.

  • Des témoins de l’incendie de Martigues, désormais maîtrisé, racontent leur soirée « stressante. »
  • 2.700 personnes ont été évacuées, principalement depuis des campings et des résidences touristiques.
  • L’incendie, qui a ravagé 1.025 hectares, n’a pas fait de blessé grave.

A Martigues,

Une voix stridente, au micro, réveille les derniers dormeurs. Le restaurant d’à côté propose de les nourrir à moitié prix : un repas acheté, un autre offert. Il est environ midi au gymnase Picasso et les 300 rescapés qui ont somnolé sur des lits de camp retrouvent leur appétit. Au total, 2.700 personnes – principalement des touristes – ont été évacuées, en autocar ou en bateau. « C’était très stressant » souffle Michèle, une retraitée originaire de Lyon, venue en vacances à Martigues avec sa petite-fille et sa meilleure copine : « Les petites ont hâte de retrouver leurs mamans. Elles ont vraiment eu peur de l’incendie. »

Louise se roule sur le lit de camp et raconte fièrement qu’elle a « sauvé [son] ballon. » Une bénévole de la Croix-Rouge arrache la fillette à notre tentative d’interview avec une corruption sucrée : « J’ai des bonbons pour toi, ce n’est pas bon pour les dents mais ça remonte le moral ! » Les grands-parents de Louise espèrent pouvoir regagner leur mobil-home ce mercredi. Ce pourrait être le cas : le sinistre est maîtrisé, après une vingtaine d’heures de lutte acharnée.

« 1.800 pompiers, c’est assez hors-norme »

« Au plus fort de l’incendie, 1.800 pompiers ont été mobilisés, c’est assez hors-norme », relate le capitaine Stéphane Guyot, porte-parole des pompiers des Bouches-du-Rhône. Il a été maîtrisé vers 11 heures, après que les Canadair ont pu reprendre leur vol. Quinze pompiers ont été incommodés par les fumées, des policiers ont aussi souffert. Mais « personne n’a été hospitalisé », assure Stéphane Guyot.

Une témoin a photographié les fumées au-dessus de la mer, à Martigues.
Une témoin a photographié les fumées au-dessus de la mer, à Martigues. – C.G.

Au gymnase Picasso, les secouristes de la Croix-Rouge donnent de l’oxygène à une dame d’une soixantaine d’années. « Elle souffre d’insuffisance respiratoire et nous n’avons pas eu le temps de prendre son respirateur avec nous », explique son mari. « Mais ça va aller, je me remets », lance la dame, déjà rassurée.

« On respirait vraiment très très mal »

Tout le monde a souffert, ce mardi soir, sur les plages de Sausset-les-Pins et de Martigues. « On respirait vraiment très, très mal, il y avait des cendres partout », témoigne Noémie, adossée au capot d’une C3 blanche qui ne l’est plus vraiment. Cette étudiante logeait au camping des Tamaris, à la Couronne. Il a été complètement ravagé par les flammes.

Dylan, un étudiant lillois, n’oubliera pas ses « premières et dernières vacances à Martigues ». Coline, Constance, Maxime et Dylan ont vu les premières fumées vers 16 heures alors qu’ils étaient à la plage. « Ces idiots ont cru qu’ils avaient laissé le gaz dans le mobil-home », précise Coline, à peine moqueuse. La petite bande remonte en vitesse, range les affaires et fait « quand même un petit apéro. » La suite, ils la racontent tous en chœur, en se coupant la parole :

A 19 h 57, on commande des pizzas. Aussitôt, on voit des canadairs à 10 mètres. On annule les pizzas et à 20 heures on est évacués du camping. Alors qu’une heure avant, le patron jouait à la pétanque tranquillement. On est allés sur la falaise. On avait très peur : le feu était tout près, on entendait de grosses explosions avec toutes les bouteilles de gaz. On a vu des flammes de ouf ! »

Une image marque particulièrement Maxime : « La lumière était orange, style fin du monde ! »

Ce n’est finalement même pas la fin des vacances : leur camping a été épargné. Ils pourront y retourner dès que la zone aura été sécurisée par les pompiers.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Le racisme étouffe l’Amérique

Source http://www.slate.fr/ Depuis le meurtre de George Floyd, les États-Unis ont pris feu. Récit, jour après jour, d'un incendie qui...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks