INTERNATIONAL Turquie : le parlement adopte une loi controversée sur...

Turquie : le parlement adopte une loi controversée sur les réseaux sociaux

-

Le Parlement turc a adopté mercredi un projet de loi qui élargit le contrôle des autorités sur les réseaux sociaux, dont Twitter. Le texte controversé suscite l’inquiétude des défenseurs de la liberté d’expression qui y voient un moyen supplémentaire pour les autorités d’Ankara de faire taire les dissidents.

Les défenseurs de la liberté d’expression y voient une nouvelle tentative d’Ankara de museler les réseaux sociaux. Le parlement turc a adopté très tôt mercredi 29 juillet, un projet de loi, soutenu par la majorité présidentielle, pour élargir le contrôle des autorités sur les réseaux sociaux.

Cette loi oblige notamment les principaux réseaux sociaux comme Twitter et Facebook à avoir un représentant en Turquie et à obtempérer aux injonctions de tribunaux turcs demandant le retrait de certains contenus, sous peine d’une forte amende.

Selon le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), la formation du président Recep Tayyip Erdogan, cette loi vise à mettre fin aux insultes en ligne. Début juillet, le président turc avait appelé à « mettre de l’ordre » dans les réseaux sociaux après que sa fille et son gendre ont été visés par des injures sur Twitter.

« Une sombre période de censure en ligne »

Mais ce texte suscite l’inquiétude de nombreux internautes et ONG alors que les réseaux sociaux sont devenus l’un des rares espaces où les voix critiques osent encore se faire entendre en Turquie. « Les réseaux sociaux sont d’une importance capitale pour de nombreuses personnes qui les utilisent pour s’informer. Cette loi annonce une sombre période de censure en ligne », a ainsi estimé Human Rights Watch lundi.

La loi adoptée mercredi « va renforcer les capacités du gouvernement à censurer les contenus numériques et poursuivre les internautes », a déclaré dans un communiqué Andrew Gardner, chercheur sur la Turquie à l’ONG Amnesty International.

« C’est une violation claire du droit à la liberté d’expression en ligne », a-t-il ajouté, soulignant que de nombreux internautes turcs s’auto-censurent déjà « par peur d’irriter les autorités ».

Twitter et Facebook sont déjà étroitement surveillés par les autorités turques et de nombreux procès pour « insulte au chef de l’Etat » ou « propagande terroriste » s’appuient uniquement sur un ou quelques tweets.

Les ONG s’inquiètent de l’érosion de la liberté d’expression en Turquie et un contrôle accru des réseaux sociaux pourrait aussi limiter l’accès des Turcs à des informations indépendantes ou critiques, dans un paysage dominé par les médias pro-gouvernementaux. Selon le dernier « rapport sur la transparence » de Twitter, la Turquie figurait, au premier semestre 2019, en tête des pays demandant le retrait de contenu sur Twitter avec plus de 6 000 requêtes.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks