SCIENCE L'impossible pyramide de Charles Ponzi

L’impossible pyramide de Charles Ponzi

-

Cet escroc italien a laissé son nom à un système ravageur, qu’il n’est pourtant pas le premier à avoir expérimenté.

Chaque détail du parcours de Charles Ponzi est à prendre avec des pincettes. À différentes étapes de son existence, il fit preuve d’un sens aigu de l’affabulation doublé d’un immense pouvoir de persuasion, si bien qu’a posteriori, il est bien difficile de savoir si sa biographie ne serait pas, elle aussi, faite de poudre aux yeux.

D’après l’histoire officielle, Carlo Ponzi est né en 1882 dans la ville italienne de Lugo, située en Émilie-Romagne. Après avoir étudié pendant quatre ans à La Sapienza, principale université romaine, il serait arrivé aux États-Unis à la fin de l’année 1903. La légende dit que lorsqu’il posa pour la première fois le pied sur le territoire américain, à Boston, il avait moins de trois dollars en poche.

Bien décidé à empoigner la vie, désireux de ne pas faire de la figuration et de vivre à fond son rêve américain, Carlo Ponzi se résolut néanmoins à commencer au bas de l’échelle. Dès 1904, il décida de se faire appeler Charles, ce qui ne suffira pas à favoriser son intégration: parlant un anglais rudimentaire, n’ayant ni ressources ni contacts, il ne parvint qu’à se faire engager en tant que plongeur dans un restaurant, où il finit serveur après la défection d’un autre employé.

Renvoyé pour avoir mis au point une combine lui permettant de récupérer à son unique profit la monnaie laissée par la clientèle, Charles Ponzi fila au Canada en 1907, fuyant la crise financière qui paralysa les États-Unis cette année-là. C’est là que se mit en place le mécanisme qui allait faire sa renommée, puis sa chute. À Montréal, Ponzi s’arrangea pour rencontrer Luigi Zarossi, immigré italien ayant tiré son épingle du jeu grâce au commerce de cigares.

Lire la suite 

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks