INTERNATIONAL Brésil: malgré le coronavirus, le président Jair Bolsonaro regagne...

Brésil: malgré le coronavirus, le président Jair Bolsonaro regagne en popularité

-

Toujours en quarantaine après avoir été testé positif au Covid-19 début juillet, le président brésilien Jair Bolsonaro semble bénéficier d’un regain de popularité. Le leader d’extrême droite est donné favori pour l’élection 2022 par trois nouveaux sondages, et ce malgré une gestion très critiquée de la crise du coronavirus qui a fait plus de 84 000 morts dans le pays.

L’image du président Jair Bolsonaro est toujours celle d’un provocateur : porteur du coronavirus, il a été photographié cette semaine sans masque, en train de discuter avec des balayeurs dans les jardins du palais présidentiel à Brasilia. Le bilan meurtrier du Covid-19 s’alourdit de jour en jour, mais les électeurs ne semblent pas lui en tenir rigueur.

Au contraire, plusieurs sondages montrent que sa popularité va désormais au-delà du traditionnel noyau dur de l’extrême droite. Dans une enquête publiée vendredi 24 juillet par le site spécialisé Poder360, 43% des personnes interrogées approuveraient ainsi sa gestion, contre 40% il y a deux semaines. Le chiffre monte à 52% en ce qui concerne les électeurs qui bénéficient de l’aide d’urgence de 600 reais (environ 100 euros) du gouvernement pendant la pandémie de Covid-19.

Jair Bolsonaro a récemment adopté un ton plus conciliateur. Et même si la prochaine élection présidentielle n’aura lieu qu’en 2022, un autre sondage le montre pour l’instant bien placé.Selon une enquête publiée vendredi 24 juillet par l’hebdomadaire conservateur Veja, le président d’extrême droite sortirait en tête lors du premier tour dans tous les cas de figure, et vainqueur au second tour, quel que soit son adversaire – y compris son ex-ministre de la Justice, le très populaire Sergio Moro, ou l’ex-président de gauche Lula.

Twitter et Facebook ferment des comptes de partisans de Bolsonaro accusés de « fake news »

Sur ordre de la Cour suprême brésilienne, Facebook et Twitter ont supprimé vendredi 24 juillet les comptes de plusieurs partisans éminents du président brésilien Jair Bolsonaro, dans le cadre d’une enquête sur une campagne présumée de désinformation. La décision de la plus haute juridiction nationale souligne la position délicate de la justice vis-à-vis des réseaux sociaux.

Le juge Alexandre de Moraes a ordonné la suppression de 16 comptes Twitter et de 12 comptes Facebook. Cette enquête vise notamment à déterminer si la diffusion de « fausses nouvelles » et de menaces contre des représentants de la Cour suprême est financée de manière illicite.

Parmi les propriétaires des comptes supprimés figurent entre autres Roberto Jefferson, ancien parlementaire et président du Parti travailliste brésilien et plusieurs hommes d’affaires.

Le juge Moraes avait ordonné en mai que l’accès à ces comptes soit bloqué, sans que ceux-ci ne soient alors supprimés. Dans une décision distincte vendredi 24 juillet, il a expliqué vouloir empêcher les comptes d’être « utilisés comme moyens d’une possible conduite criminelle ».

Facebook et Twitter ont expliqué s’être pliés à la décision de justice.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks