AFRIQUE Coronavirus : l’industrie du Hajj dans la tourmente au...

Coronavirus : l’industrie du Hajj dans la tourmente au Sénégal

-

L’Arabie Saoudite a longtemps tergiversé. Mais finalement la décision est tombée le 22 juin. À cause du coronavirus, les musulmans résidents hors des frontières du royaume seront privés de Hajj, cette année, une première dans l’histoire moderne depuis la création du Royaume en 1932.

Le pèlerinage annuel à La Mecque, ville sainte et capitale de la province de la Mecque en Arabie saoudite, se tient fin juillet avec « un nombre très limité de fidèles ».

Sur le site internet du ministère saoudien du Hajj, les services traditionnellement proposés sont d’ailleurs indisponibles.

La misère des voyagistes privés sénégalais

Le pèlerinage est organisé au Sénégal en partie par l’état via la Délégation générale au pèlerinage. Mais la majorité des pèlerins est acheminée par des voyagistes privés.

Ceux-ci proposent des packages qui coûtent entre 3,2 et 3,5 millions FCFA et qui prennent en charge le billet d’avion, la restauration, l’hébergement, le transport, les vaccins, les assurances etc.

Avec l’annulation du Hajj et la suspension en mars de l’Oumra (pèlerinage qui n’est pas une obligation comme le Hajj – un des 5 piliers de l’Islam), toute la chaine de valeur du pèlerinage est affectée.

.

Les visites aux lieux saints de l’islam ne génèrent pas moins de 40 milliards de franc CFA de chiffre d’affaire par an.

« Avec 12800 pèlerins par an pour environ 3,5 à 4 millions de FCFA par personne, imaginez toutes les sommes à mobiliser durant ces événements et tout ce qu’il y avait comme activités parallèles aux pèlerinages « , explique Oureye Thiam, une femme d’affaires qui possède une agence de voyage spécialisée dans le tourisme religieux.

Du transport aérien, à l’hôtellerie et la restauration, en passant par le commerce, et les prestations de services, les activités sont à l’arrêt pour beaucoup, à cause de la pandémie de Covid 19.Pr. Kébé à gauche

Le professeur Abdoul Aziz Kébé est le délégué général au pèlerinage au Sénégal. Il est conscient des conséquences économiques de l’annulation de cet événement religieux.

« Pour certaines de ces agences, il y a d’autres activités bien sûr en dehors du pèlerinage : il y a le tourisme, le tourisme religieux en Algérie, en Turquie entre autres. Mais pour une grande partie des agences, l’activité principale reste le Hajj. Par conséquent, c’est un manque à gagner extraordinaire pour ces organisateurs » affirme le Professeur Kébé.

Mme Thiam abonde dans le même sens et déclare que les opérateurs qui tentent de diversifier leurs activités font principalement de la billetterie.

« Depuis le mois de Mars, il n’y a pas de billetterie qui fonctionne au Sénégal », déplore-t-elle.

À la baisse des revenus des voyagistes sénégalais, s’ajoute aujourd’hui des demandes de remboursement introduits par d’anciens candidats au Hajj et à l’Oumra qui avaient déjà payé tous les frais exigés par les agences.

« Entre la Oumra Rajab et la Oumra Ramadan, c’est les deux grandes saisons pour la Oumra et malheureusement les gens étaient prêts, les places étaient vendues, les billets d’avions déjà achetés. Personnellement, j’ai remboursé mes clients pour la Oumra alors les compagnies ne m’ont pas remboursé mon argent  » affirme Mme Thiam.

Le voyagiste précise toutefois que les demandes de remboursement sont de l’ordre 5 à 6%, le reste des pèlerins préférant être considéré en priorité pour le Hajj 2021.

Lire la suite 

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks