POLITIQUE Je ne soutiens pas Monsieur Darmanin, quoi qu'en écrive...

Je ne soutiens pas Monsieur Darmanin, quoi qu’en écrive Monsieur Schneidermann

-

Dans sa dernière chronique, Daniel Shneidermann fait une erreur factuelle que je suis contraint de rectifier.

Dans sa dernière chronique, Daniel Schneidermann me range parmi les soutiens de Gérald Darmanin. Hélas, je n’en suis pas. Je répète: je ne soutiens pas Monsieur Darmanin, quoi qu’en écrive Monsieur Schneidermann. Il s’agit donc d’une erreur factuelle, que je suis contraint de rectifier.

Ce que je pense du ministre de l’Intérieur est exprimé dans un texte que le journal en ligne Slate a publié le 13 juillet. J’en donne ici l’URL, Libération ayant omis de la signaler à ses lecteurs. Simple oubli, mais fâcheux, puisque c’est à partir de ce texte que Daniel Schneidermann m’impute un soutien («oblique», précise-t-il) à Monsieur Darmanin. Pour résumer: j’ai voulu réinscrire l’affaire Darmanin dans l’impatience avide des hommes, singulièrement politiques, quand ils convoitent un poste, un corps, un être humain. J’ai décrit une continuité entre le jeune apparatchik échangeant une intervention contre une relation sexuelle, et le ministre exigeant et obtenant une promotion, «d’homme à homme», comme je l’ai ensuite entendu.

Si je doute que Gérald Darmanin soit un jour condamné pour viol, son affaire est emblématique des «complaisances mâles» et d’une médiocrité politique; elle m’évoque d’autres abus.

Ce n’est pas ainsi que Daniel Schneidermann me lit. Il découpe des morceaux de mon texte pour le citer à l’opposé de ce qu’il exprime. Il m’impute une indulgence qui n’existe pas. «S’il n’était pas devenu le nom d’un scandale, Gérald D. ne nous inspirerait pas grand-chose. Il ne serait qu’un habile pressé parmi d’autres, il y a pléthore. Mais dans le scandale, cet empressement devient essentiel: une manière d’être un homme aux antipodes de Camus. On ne s’empêche pas, on prend sans attendre.» Lire ces lignes comme une défense de Gérald Darmanin relève-t-il de la simple incompréhension? Je vous épargne la vulgarité des leçons de déontologie

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks