INTERNATIONAL États-Unis: mort de John Lewis, figure du mouvement des...

États-Unis: mort de John Lewis, figure du mouvement des droits civiques

-

Aux États-Unis, l’icône du mouvement des droits civiques, John Lewis, est décédée ce vendredi 17 juillet d’un cancer du pancréas, à l’âge de 80 ans. Celui qui s’est battu pendant de nombreuses années pour la justice sociale et contre le racisme était aussi un fervent opposant à Donald Trump.

Sur les photos en noir et blanc des marches de Selma, de Montgomery, aux côtés de Martin Luther King, John Lewis est toujours en première ligne. À Washington, c’est lui qui s’adresse à la foule juste avant le célèbre discours « I have a Dream ». À l’époque, il avait tout juste une vingtaine d’années. Battu par la police, arrêté à plusieurs reprises pour son combat pour les droits civiques, John Lewis faisait partie des derniers survivants du cercle rapproché de Luther King.

Élu démocrate de Géorgie à la Chambre des représentants depuis 1986, il était respecté aussi bien par ses collègues démocrates que par les Républicains. Au congrès, il a poursuivi son combat pour la justice sociale et contre le racisme. Ces dernières années, il était devenu l’un des plus fervents opposants à Donald Trump. Il avait notamment refusé d’assister à la cérémonie d’investiture. Depuis, il s’est, à plusieurs reprises, attiré les foudres du président sur Twitter.

« Il avait donné une voix à ceux qui n’en avaient pas »

Depuis l’annonce de son décès, les témoignages se multiplient. La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants parle d’un héros. « John Lewis était un titan du mouvement des droits civiques, écrit Nancy Pelosi. Sa bravoure et sa bonté ont transformé la nation. »

Pour le fils de Martin Luther King, John Lewis « avait donné une voix à ceux qui n’en avaient pas ». Bill Clinton salue en lui la conscience de la nation et une icône des droits civiques.

L’ancien président Barack Obama a lui aussi rendu hommage à John Lewis. Il  avait décerné à ce militant historique la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile américaine lors d’une cérémonie à la Maison Blanche en 2011. « Peu d’entre nous vivent pour voir notre propre legs se développer d’une manière aussi remarquable et significative. John Lewis l’a fait », a tweeté Barack Obama tôt ce samedi, soulignant que l’ancien militant « aimait tant son pays qu’il a risqué sa vie pour lui ».

Il y a tout juste quelques semaines, John Lewis apportait son soutien aux manifestants sortis dans les rues après la mort de Georges Floyd.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks