AFRIQUE L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a refusé...

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a refusé la lettre le convoquant jeudi devant une commission d’enquête parlementaire, laissant supposer qu’il ne s’y rendra pas, a indiqué mercredi à l’AFP une source parlementaire proche du dossier. Le président de la commission d’enquête, Hbib Ould Diaye, a écrit il y a quelques jours à l’ex-chef de l’Etat pour qu’il se présente devant cette commission constituée en janvier afin de faire la lumière sur les années passées par M. Aziz au pouvoir (2008-2019). Mais M. Aziz a “refusé d’accuser réception de la lettre” par l’intermédiaire de ses gardiens, a dit une source parlementaire s’exprimant sous le couvert de l’anonymat en raison de la sensibilité de l’affaire. Un huissier s’est rendu chez lui pour constater ce refus, a-t-elle ajouté. L’AFP n’a obtenu aucun commentaire de la part de M. Aziz ou dans son entourage. La convocation de M. Aziz s’apparente à une manifestation supplémentaire d’un début de disgrâce sous l’actuel président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, que l’ex-président avait désigné comme son dauphin. La commission ne peut cependant pas le faire venir de force, selon des constitutionnalistes. “La commission doit maintenant clôturer le dossier et rendre compte à l’Assemblée nationale, qui doit voter une résolution, soit pour laisser tomber l’affaire, soit pour le faire mettre en accusation pour son jugement par la Haute cour de Justice”, a affirmé Lo Gourmo, professeur de droit et constitutionnaliste. L’Assemblée est actuellement saisie d’un texte relatif à la Haute cour de Justice. Il précise le champ d’action de la cour et pourrait être voté lors de la session en cours jusqu‘à fin juillet. Quand les députés ont approuvé la formation de la commission d’enquête, ils lui ont demandé de s’intéresser à plusieurs dossiers emblématiques de l‘ère Ould Abdel Aziz. Parmi ces dossiers figure la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l’Etat à Nouakchott, la liquidation d’une société publique qui assurait l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires, ou encore les activités d’une société chinoise de pêche, Pully Hong Dong. L’ex-président, un ancien général, est arrivé à la tête de la Mauritanie par un putsch en 2008, avant d‘être élu et réélu en 2009 et 2014. M. Ghazouani, qui lui a succédé en août 2019, était son ancien chef d‘état-major et ministre de la Défense.

-

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a refusé la lettre le convoquant jeudi devant une commission d’enquête parlementaire, laissant supposer qu’il ne s’y rendra pas, a indiqué mercredi à l’AFP une source parlementaire proche du dossier.

Le président de la commission d’enquête, Hbib Ould Diaye, a écrit il y a quelques jours à l’ex-chef de l’Etat pour qu’il se présente devant cette commission constituée en janvier afin de faire la lumière sur les années passées par M. Aziz au pouvoir (2008-2019).

Mais M. Aziz a “refusé d’accuser réception de la lettre” par l’intermédiaire de ses gardiens, a dit une source parlementaire s’exprimant sous le couvert de l’anonymat en raison de la sensibilité de l’affaire. Un huissier s’est rendu chez lui pour constater ce refus, a-t-elle ajouté.

L’AFP n’a obtenu aucun commentaire de la part de M. Aziz ou dans son entourage.

La convocation de M. Aziz s’apparente à une manifestation supplémentaire d’un début de disgrâce sous l’actuel président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, que l’ex-président avait désigné comme son dauphin.

La commission ne peut cependant pas le faire venir de force, selon des constitutionnalistes.

“La commission doit maintenant clôturer le dossier et rendre compte à l’Assemblée nationale, qui doit voter une résolution, soit pour laisser tomber l’affaire, soit pour le faire mettre en accusation pour son jugement par la Haute cour de Justice”, a affirmé Lo Gourmo, professeur de droit et constitutionnaliste.

L’Assemblée est actuellement saisie d’un texte relatif à la Haute cour de Justice. Il précise le champ d’action de la cour et pourrait être voté lors de la session en cours jusqu‘à fin juillet.

Quand les députés ont approuvé la formation de la commission d’enquête, ils lui ont demandé de s’intéresser à plusieurs dossiers emblématiques de l‘ère Ould Abdel Aziz.

Parmi ces dossiers figure la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l’Etat à Nouakchott, la liquidation d’une société publique qui assurait l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires, ou encore les activités d’une société chinoise de pêche, Pully Hong Dong.

L’ex-président, un ancien général, est arrivé à la tête de la Mauritanie par un putsch en 2008, avant d‘être élu et réélu en 2009 et 2014. M. Ghazouani, qui lui a succédé en août 2019, était son ancien chef d‘état-major et ministre de la Défense.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks