À la Une Opinion : Ce que Donald Trump ne comprend pas...

Opinion : Ce que Donald Trump ne comprend pas au sujet de la Somalie

-

Le président Donald Trump fait de la députée somalienne Ilhan Omar l’un des épouvantails de sa campagne pour la réélection à la Maison Blanche en novembre – et par procuration de son pays de naissance, la Somalie.

Lors de sa dernière attaque, pendant un meeting de campagne à Tulsa, dans l’Oklahoma, il a critiqué la jeune femme de 37 ans en alléguant qu’elle voulait apporter l' »anarchie » de la Somalie aux États-Unis.

« Elle voudrait que le gouvernement de notre pays soit le même que celui du pays d’où elle vient – la Somalie. Pas de gouvernement, pas de sécurité, pas de police, rien, juste l’anarchie. Et maintenant, elle nous dit comment diriger notre pays. Non, merci », a-t-il déclaré.

Mme Omar, qui est arrivée aux États-Unis en tant qu’enfant réfugié en 1995, est la représentante du Congrès pour le Minnesota, qui comprend la ville de Minneapolis où l’Afro-Américain George Floyd a été tué par la police en mai, ce qui a relancé les manifestations de Black Lives Matter.

Mais c’est sur l’héritage somalien de Mme Omar que le président a choisi de se concentrer à Tulsa, peut-être pour détourner l’attention de toute l’agitation et des troubles.

En réponse, Mme Omar a déclaré que ses propos étaient « racistes ». Elle a ajouté que sa colère provenait d’un récent sondage qui avait montré qu’il était derrière son rival, le candidat démocrate à la présidence Joe Biden, dans son État, qui abrite une importante communauté somalienne-américaine.

Le président a décrit Mme Omar comme une « socialiste haineuse et antiaméricaine », mettant en garde qu’elle aurait un rôle à jouer dans l’avenir du pays si M. Biden venait à gagner.

Mme Omar avait été une des principales supportrices de Bernie Sanders pour obtenir le ticket démocrate.

Mais une telle rhétorique convient bien à sa base, donc le décor électoral est planté, le casting choisi – et Mme Omar et la Somalie ont des rôles principaux.

En fait, tout a débuté l’année dernière lors du meeting de M. Trump en Caroline du Nord, où la foule a scandé des slogans à propos de Mme Omar : « Renvoyez-la chez elle ! Renvoyez-la chez elle ! »

Cela faisait écho à la phrase « enfermez-la » adoptée par ses partisans contre sa rivale Hillary Clinton à l’approche de l’élection présidentielle de 2016.

Mme Omar, qui est une des plus dure critique du président, avait été au coeur d’une polémique à l’époque – censurée par les démocrates et les républicains – pour avoir alimenté les stéréotypes sur les juifs et s’était excusée pour des tweets laissant entendre que les législateurs américains ne soutiennent Israël que grâce à l’argent des lobbies.

Le sénateur républicain Rand Paul avait proposé à l' »ingrate » Mme Omar d’acheter un billet d’avion pour se rendre en Somalie. Il lui a suggéré d’y repartir pour mieux apprécier les Etats-Unis.

La Somalie n’est pas un cauchemar hobbesien

Il semble que l’opinion de M. Trump sur la Somalie découle des conséquences du renversement de Siad Barre en 1991, depuis lors, ce pays est considéré par la population comme l’un des États les plus défaillants du monde.

Cette étiquette s’est obstinément maintenue alors même que la situation s’est améliorée dans le pays.

Alors que M. Trump imagine que la Somalie n’a pas de lois, pas de police et pas de gouvernement, c’est loin de la réalité sur le terrain.

Si Al-Shabab commet toujours des attaques à Mogadiscio, ce pays n’est pas le cauchemar hobbesien que décrit le président Trump.

L’impressionnant nouveau Théâtre national a été inauguré la semaine dernière. Il y a des hôtels, des cafés et des restaurants de luxe sur la plage de Mogadiscio et la ville organise même un festival littéraire, le Salon du livre annuel de Mogadiscio.

Lire la suite 

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime

Au croisement des maths et de l'anthropologie, une équipe américaine travaille depuis plus de dix ans sur la meilleure...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks