FINANCE Coronavirus : Comment le confinement a affecté mes finances

Coronavirus : Comment le confinement a affecté mes finances

-

« J’ai acheté des tas de trucs inutiles que je n’aurais pas acheté normalement », affirme Mikey Burton.

Il a dépensé plus de mille livres sterling en articles pour faire passer le temps passer pendant le confinement.

« Ne pas pouvoir sortir et faire quoi que ce soit … J’avais besoin de remplir mon temps », raconte le jeune homme de 25 ans à Radio 1 Newsbeat.

Être enfermé à la maison s’est avéré être l’occasion idéale de rendre la vie à domicile un peu plus confortable.

« Ce n’était certainement pas l’occasion de faire des économies comme je le pensais », ajoute-t-il.

Mikey est debout et fait signe de la main gauche à la caméraCopyright de l’imageSTEW CAPPER
Image captionMikey est « reconnaissant » de ne pas avoir eu de problèmes avec ses dépenses

Jusqu’à la semaine dernière, Mikey était en congé payés – c’est-à-dire quand vous ne travaillez pas mais que vous êtes maintenu dans les listes de personnel rémunéré de votre employeur – de son travail dans le marketing.

« Au début, j’ai essayé et échoué dans quelques passe-temps comme la peinture ou la construction d’une pédale de guitare », raconte le jeune homme.

Et c’est là qu’il a décidé de se lancer dans des choses qu’il n’aurait pas pu obtenir normalement.

« Un vélo, des tas de plantes qui ont transformé mon appartement en jungle, des affiches artistiques, des jeux vidéo, des disques de musique et même des draps », énumère-t-il. Mikey n’est « certainement pas un grand épargnant », mais il ne se considère pas comme un homme riche.

« Je n’ai pas de difficultés financières, mais il ne reste pas beaucoup d’argent en fin de mois », dit-il

Il ne pense pas qu’il continuera à dépenser au même niveau une fois que la vie sera redevenue normale.

« Nous pouvons commencer à voir la lumière au bout du tunnel et je commence à réaliser que j’ai besoin de me remettre un peu en forme », affirme-t-il.

Mais cela ne veut pas dire qu’il a de grands regrets.

« Je ne pense pas que je changerais grand-chose à ce que j’ai acheté. Peut-être un peu moins de produits à emporter », dit-il.

« Ça a été une lutte »

Tout le monde n’a pas été en mesure de dépenser de l’argent pour rendre sa vie confortable pendant le confinement.

Pour certains, comme la mère célibataire Sharell Thomas, il est difficile de se procurer l’essentiel, car elle a perdu 150 livres par mois.

« La nourriture, les vêtements, le gaz et l’électricité, c’est ma principale préoccupation », dit-elle.

Sharell, 27 ans, a été hébergée temporairement pendant trois ans avec sa fille de neuf ans et est actuellement en congé.

« Avant le confinement, je recevais encore un salaire à 100% et un crédit universel. Aujourd’hui, je suis en congé avec 80 % de mon salaire », explique-t-elle.

En conséquence, elle a réduit ses dépenses en nourriture supplémentaire et en livres pour sa fille.

Sharell est debout, souriant à la caméra, les mains dans ses pochesCopyright de l’imageBEAM
Image captionSharell a terminé sa formation de réceptionniste juste avant la fermeture

Elle ne peut pas aller à l’école, alors Sharell a « dû acheter des jouets et des jeux pour l’occuper pendant la journée ».

Elle fait l’éloge des programmes gouvernementaux tels que le congé de maternité et le crédit universel, mais la structure du programme de congé de maternité lui a rendu « beaucoup plus difficile » la gestion de son argent.

« Avant, j’étais payée toutes les deux semaines, mais avec le congé, c’est à la fin de chaque mois. Je dois essayer de mieux gérer mon budget », dit-elle.

Elle a également dû s’appuyer sur sa famille, ses amis et des plateformes comme Beam – un groupe qui soutient les sans-abri.

Elle a ainsi pu bénéficier de bons d’achat pour les supermarchés, les librairies et les transports.

« Sans elle, la vie serait beaucoup plus difficile. Même en trouvant des choses à faire avec mon enfant que je n’aurais pas nécessairement faites pendant qu’elle était à l’école. Cela a été une véritable lutte », ajoute Mme Sharell.

Je suis devenue plus riche

Pour certains, le confinement a été le moment idéal pour économiser de l’argent et – dans le cas d’Abigail Banfield – devenir plus riche.

Abigail travaille depuis chez elle et a économisé environ 200 livres par mois sur ses voyages, qu’elle a investi dans des actions.

« J’ai fait le saut et j’ai investi cet argent, pour ne pas avoir l’impression de perdre de l’argent », raconte la jeune femme de 27 ans à Newsbeat.

Elle a profité de la chute des prix du marché – causée par le virus – qui a rendu les actions plus abordables.

« Je n’aurais jamais pu acheter des actions dans une situation normale. C’est juste devenu plus accessible et cela a payé pour moi », dit-elle.

Abigail sourit à l'appareilCopyright de l’imageABIGAIL BANFIELD
Image caption« Quand tout le monde a commencé à courir, ce n’était pas tout à fait mon sentiment, alors j’ai pris le contrôle de mes finances ».

Abigail et son partenaire louent une maison parce qu’ils n’ont pas encore les moyens d’en acheter une. Elle a décidé d’investir parce que « l’argent ne pousse pas sur les arbres ».

Et cela a bien fonctionné pour Abi.

« J’étais au bon endroit au bon moment, l’investissement a massivement augmenté. Ça a été l’une de ces choses où je peux obtenir un énorme retour sur investissement. Ça nous a rendus plus riches », témoigne Abi.

Comme Mikey, elle pense qu’elle ne suivra pas complètement ses habitudes de dépenses une fois que la vie sera redevenue normale.

« Je vais probablement réduire mes investissements une fois que le confinement sera terminé. Je n’investirai plus autant une fois que je devrai retourner au bureau. Mais je me sens financièrement heureuse. J’espère que c’est le début de la possibilité d’acheter une maison », ajoute-t-elle.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

Libye – Paix : des parlementaires pro-Haftar pour une intervention militaire égyptienne

Le parlement basé dans l’est de la Libye qui appuie le maréchal Khalifa Haftar, a indiqué dans la nuit...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks