ECONOMIE Après cette crise historique, le secteur aérien doit se...

Après cette crise historique, le secteur aérien doit se réinventer avec des avions « verts »

-

Fonds de soutien aux entreprises en difficulté, financement de la recherche vers l’avion neutre en carbone en 2035, commandes anticipées : le gouvernement français a dévoilé mardi un vaste plan de soutien de 15 milliards d’euros à la filière aéronautique, ravagée par la crise du coronavirus. Un secteur entier de l’économie qui doit se relancer, mais en même temps, qui doit se réinventer totalement pour avoir une chance de survie à moyen ou long terme.

Le secteur aérien est en effet victime de l’effet cascade de l’effondrement du trafic et des difficultés financières des compagnies aériennes, amenées à annuler ou reporter des commandes. La crise met « la survie d’Airbus en jeu« , expliquait son patron Guillaume Faury.

Le plan français ambitionne également de préserver la capacité de l’industrie à innover et préparer l’avion du futur. L’Etat français va donc consacrer 1,5 milliard d’euros de financement public sur trois ans pour « parvenir à un avion neutre en carbone en 2035 » grâces notamment à la propulsion à hydrogène.

Pour le secteur, il est fondamental et impératif de respecter les accords internationaux en matière de réduction des émissions de CO2. Mais après cette crise, sans précédent, il faut que ce secteur conserve une capacité de financer les investissements nécessaires pour le développement de ces solutions innovantes.

L’industrie en Europe mais aussi dans le monde entier travaille déjà depuis quelques années sur des solutions pour concevoir des avions à Hydrogène, électrique ou hybride mais face à cette crise majeure, elle pourrait sacrifier toutes ses recherches pour se consacrer à sa relance sur base d’un ancien modèle très destructeur pour la planète et c’est pour cela que les autorités conditionnent leurs aides à la reprise.

Un premier avion électrique certifié en Europe

On est encore loin de l’avion électrique transportant une centaine de passagers sur des milliers de kilomètres, mais le recherche avance. L’agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a annoncé mercredi avoir certifié pour la première fois « un avion entièrement électrique », développé par la société slovène Pipistrel Aircraft.

« C’est le premier avion électrique que l’EASA ait certifié, mais ce ne sera certainement pas le dernier« , s’est réjoui Patrick Ky, le directeur exécutif de l’EASA, cité dans son communiqué. Véritable permis de voler, la certification constitue un sésame incontournable avant l’entrée en service d’un nouvel avion.

L’appareil fabriqué par l’entreprise slovène, le Velis Electro, est un avion biplace destiné principalement à la formation des pilotes, a indiqué l’EASA.

« Il est considérablement plus silencieux que les autres avions et ne produit aucun gaz de combustion« , a souligné le PDG de la société Ivo Boscarol dans le document. L’avion est propulsé « par le premier moteur électrique certifié, le E-811-268MVLC« , selon l’agence européenne, qui ajoute que la certification, délivrée le 18 mai dernier, a été obtenue « en moins de trois ans« .

« Cela donne de l’optimisme, également aux autres concepteurs d’avions électriques, quant à la possibilité d’obtenir la certification de type des moteurs et des avions électriques« , a estimé M. Boscarol. Selon lui, cette certification « est le premier pas vers l’utilisation commerciale d’avions électriques« .

L’hydrogène à le vent en poupe

L’Allemagne va investir 9 milliards d’euros d’argent public pour servir son ambition de devenir le « fournisseur et producteur numéro 1 » d’hydrogène au niveau mondial, dans le cadre d’un plan autant destiné à décarboner son industrie qu’à relancer son économie après la pandémie de Covid-19.

Recherche, infrastructures, capacité de production… Ce programme, adopté mercredi en conseil des ministres, prévoit une enveloppe de 7 milliards pour développer le marché intérieur de l’hydrogène, et 2 milliards pour conclure des « partenariats internationaux« .

« Pour des raisons de compétitivité et surtout pour atteindre nos objectifs climatiques« , l’Allemagne veut devenir « numéro 1 », a affirmé le ministre de l’Economie, Peter Altmaier.

L’un des objectifs du plan : augmenter la capacité de production du pays à près de 5 GigaWatt d’ici 2030, et 10 GigaWatt avant 2040.

L’Allemagne veut développer puis exporter son savoir-faire, afin de développer de « nouveaux marchés » pour les industriels du pays, selon Peter Altmaier.

Energie « verte »

Ce programme fait partie intégrante de l’immense plan de 130 milliards d’euros annoncé par Berlin la semaine dernière, pour relancer son économie sinistrée par les mesures de restriction destinées à endiguer la pandémie de coronavirus.

L’Allemagne veut consacrer 50 milliards d’euros, soit la moitié du plan, à des « investissements d’avenir » vertueux en matière climatique.

L’hydrogène est considéré comme un moyen d’accompagner la transition énergétique en permettant de stocker à grande échelle de l’électricité et en servant de carburant dans les véhicules électriques, garantissant une meilleure autonomie que les batteries.

Il est aujourd’hui utilisé dans l’industrie, notamment la chimie ou l’acier, mais l’immense majorité est pour l’instant produite avec des énergies fossiles.

Dans son plan, le gouvernement allemand se focalise sur l’hydrogène « verte » produit à partir d’électricité durable (éoliennes, solaires…).

Le conglomérat allemand Thyssenkrupp a annoncé mercredi un partenariat avec le fournisseur d’électricité RWE pour utiliser de l’hydrogène durable dans une de ses aciéries allemandes, à Duisbourg.

Mais l’hydrogène pour les transports est encore une niche, sa fabrication reste très énergivore et le réseau de stations-service proposant ce carburant reste très limité.

Une pollution très inquiétante

Quand on parle de pollution de l’air, l’aviation mérite une attention particulière.

Elle possède, d’une part, un taux de croissance élevé par rapport aux autres sources anthropiques (augmentation du trafic passager de près de 9% par an entre 1960 et 1990, stabilisé depuis à environ 2% par an).

Elle rejette, d’autre part, ses émissions non pas à la surface terrestre, mais directement dans la région de la tropopause où leur potentiel d’impact sur l’atmosphère se trouve démultiplié. Il est donc fondamental de trouver des solutions rapides pour réduire ou carrément supprimer ce type de pollution.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Le racisme étouffe l’Amérique

Source http://www.slate.fr/ Depuis le meurtre de George Floyd, les États-Unis ont pris feu. Récit, jour après jour, d'un incendie qui...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks