INTERNATIONAL Marée noire en Arctique: Vladimir Poutine pique une colère...

Marée noire en Arctique: Vladimir Poutine pique une colère et déclare l’état d’urgence

-

Il était d’une discrétion étonnante depuis le début de l’explosion de la pandémie dans son pays. Vladimir Poutine vient de réapparaître. Et c’était sur un tout autre sujet. Histoire de bien montrer à quel point il est fâché qu’une pollution se répande dans une rivière de l’Arctique. Le voilà qui éloigne donc les projecteurs de la situation désastreuse du coronavirus en Russie. Et qui en profite pour faire passer le message que lui, il est capable de gérer une crise.

Est-ce que tout va bien dans votre tête ?

Une énorme nappe de diesel s’est répandue dans la rivière Ambarnaïa. 20.000 tonnes d’hydrocarbures, soit une quantité énorme. Mais le président russe affirme ne pas avoir été tenu au courant immédiatement. Les responsables de la centrale qui appartient à NTEK, une filiale de Norilsk Nickel, ont à son goût tardé à réagir et à prendre des mesures pour limiter la pollution.

Alors il a donné une petite leçon publique à un des responsables de la firme. « Pourquoi les agences gouvernementales n’ont-elles été mises au courant que deux jours après les faits ? Allons-nous apprendre les situations d’urgences sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tout va bien dans votre tête ? » a déclaré le président russe sur un ton qui laissait peu de doute sur son humeur du moment. Après son sermon public, il a déclaré l’état d’urgence.

Quelle est l’ampleur réelle de la pollution ?

C’est une question difficile à trancher. La zone est très retirée dans le Grand Nord russe. Officiellement, le géant minier Nornickel, propriétaire de l’entreprise affirme dans un communiqué que : »Un réservoir de diesel a été endommagé et a connu une fuite à cause de l’affaissement soudain de piliers ayant tenu pendant 30 ans sans aucune difficulté ».

Alors pour prendre la mesure de ce qui est en train de se passer, le gouverneur de la région de Krasnoïarsk, Alexander Ouss, affirme que cette pollution est bien plus importante que celle en 2007 du détroit de Kertch, en mer Noire, causée par la fuite de 5000 tonnes de pétrole et qui avait alors nécessité l’intervention de l’armée et de centaines de sauveteurs. Pour rappel, cette pollution-ci correspondrait à environ 20.000 tonnes, soit 4 fois plus. Mais les deux situations ne sont pas exactement comparables. Le diesel étant plus léger que le mazout, il devrait pouvoir s’évaporer en partie mais son nettoyage est plus toxique, a ajouté Alexander Ouss.

Un nettoyage compliqué

« C’est une situation très difficile. Je n’imagine pas brûler autant de carburant dans un territoire arctique ». En prononçant cette phrase lors de la fameuse vidéoconférence, le ministre russe de l’Environnement, Dmitri Kobylkine, a posé la gravité du problème. Il a également déclaré que seul le ministère russe des Situations d’urgence pouvait gérer le nettoyage, « peut-être avec l’implication de l’armée ».Alexander Lobach, fonctionnaire impliqué dans le nettoyage complète ce tableau plutôt pessimiste. « C’est une zone isolée. Il n’y a pas d’accès, par route ou chemin de fer. Encore une fois, il n’y a aucun moyen d’amener un grand nombre de bateaux avec des réservoirs vides pour pomper le pétrole. C’est la difficulté. » Il faut savoir que la ville industrielle de Norilsk est construite sur le permafrost, une couche de glace permanente mais qui est menacée de fonte à cause du changement climatique.

Alexei Knizhnikov, de l’unité  » responsabilité environnementale des entreprises » pour le WWF en Russie déclare quant à lui :« Selon nos estimations, une majorité, on peut l’estimer à 90% des produits pétroliers, est entrée dans le système fluvial par les ruisseaux. Le problème c’est que ce déversement de pétrole qui est important en soi a atteint la surface de l’eau plutôt que le sol et il s’est propagé. » Selon ce spécialiste de l’environnement et des implications des industries, l’entreprise n’a pas respecté les consignes de sécurité qui exigent la mise en place de barrages de terres autour des réservoirs de carburant pour justement, éviter les fuites en dehors du site. La responsabilité de Nornickel pourrait donc être engagée.

L’unité locale de l’agence sanitaire russe Rospotrebnadzor affirme quant à elle ne pas avoir relevé de pollution des nappes phréatiques.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Le racisme étouffe l’Amérique

Source http://www.slate.fr/ Depuis le meurtre de George Floyd, les États-Unis ont pris feu. Récit, jour après jour, d'un incendie qui...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks