INTERNATIONAL Hong Kong: la veillée pour Tianamen interdite, une première...

Hong Kong: la veillée pour Tianamen interdite, une première en 30 ans

-

Les cérémonies auraient dû se tenir ce 4 juin, comme chaque année. Jusqu’ici, Hong Kong était la seule région de Chine à commémorer le massacre des étudiants chinois par l’armée à Tiananmen en juin 1989. Mais pour la première fois cette année, la veillée commémorative n’aura pas lieu. Rassemblement interdit par les autorités hongkongaises, officiellement pour des raisons sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19.

 C’est une manoeuvre politique d’annuler cette veillée ». Il n’y a guère de doute pour Eric Lai, du Front civil pour les droits de l’homme, joint par Vincent Souriau, journaliste au service international de RFI. « D’abord, les organisateurs avaient proposé toute une série de mesures pour maintenir la distanciation sociale, précise-t-il. Ensuite, parce qu’en ce moment les écoles rouvrent et les activités de loisirs reprennent, il n’y a aucune raison de ne pas autoriser une réunion en plein air. »

Selon Eric Lai, « depuis le mois de février, le gouvernement utilise l’état d’urgence lié au Covid-19 pour restreindre les manifestations et poursuivre les manifestants pro-démocratie, sachant qu’il n’a rien à craindre puisqu’aucun rassemblement n’est autorisé. Ajoutez à cela la loi sur le sécurité qui vient d’être votée par le parlement chinois pour resteindre les libertés à Hong Kong et vous voyez qu’à la fois la Chine et les autorités hongkongaises font tout pour éviter un nouveau chapitre de manifestations massives. »

Reprise de la contestation

Cette veillée attire chaque année des foules sur le territoire, à la mémoire des victimes de la sanglante intervention de l’armée chinoise le 4 juin 1989 sur la place Tiananmen au cœur de Pékin. C’est le seul endroit de Chine où l’événement est d’ordinaire commémoré.

Mais cette année, les autorités locales ont invoqué la pandémie pour l’interdire, dans un contexte de tensions dans l’ex-colonie britannique. Alors que beaucoup s’attendaient à une reprise de la contestation avec la levée des restrictions liées au coronavirus, Pékin a pris les devants en choisissant d’imposer à sa région autonome une loi controversée sur la sécurité nationale. Pékin affirme que ce texte, qui ne passera pas devant le Parlement hongkongais, est nécessaire pour lutter contre le « terrorisme » et le « séparatisme ».

Hongkongais « bâillonnés » selon Mike Pompeo

Ce mardi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a accusé Pékin de vouloir « bâillonner les Hongkongais » en interdisant dans le territoire la veillée annuelle en souvenir de la répression de Tiananmen. « Cela commence déjà », a déploré dans un tweet le secrétaire d’État, qui y voit la preuve de l’abandon du modèle « un pays, deux systèmes », qui avait présidé à la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997 et qui est censé garantir une large autonomie et les libertés à Hong Kong.

La porte-parole du département d’État Morgan Ortagus a de son côté « exhorté les autorités de Hong Kong à autoriser les commémorations pacifiques des victimes du Parti communiste chinois ».

Les États-Unis considèrent désormais que le territoire ne bénéficie plus de l’autonomie promise par Pékin et ont commencé en conséquence à revenir sur le statut préférentiel qu’ils accordaient à cette place financière majeure. Mike Pompeo devait rencontrer ce mardi à Washington des « rescapés » de Tiananmen, selon son agenda officiel.

L’an passé, la veillée du 30ème anniversaire s’était déroulée, déjà, dans un contexte politique tendu. L’exécutif pro-Pékin tentait alors d’imposer un texte controversé qui devait permettre d’autoriser les extraditions vers la Chine. Et une semaine plus tard allait débuter une crise politique majeure, avec sept mois de manifestations et actions quasi quotidiennes dans la région semi-autonome.

« Menace majeure pour la vie et la santé du public »

Dans une lettre datée de ce lundi, la police hongkongaise indique qu’elle ne donne pas son feu vert à la tenue de cet événement jeudi car il constituerait « une menace majeure pour la vie et la santé du public ».

En dépit de son interconnexion avec la Chine, foyer officiel du coronavirus, Hong Kong a su endiguer l’épidémie de Covid-19, qui n’a contaminé qu’un millier de personnes et fait quatre morts. Bars, restaurants, cinémas et autres lieux publics ont rouvert ces dernières semaines. Mais alors qu’aucun cas de contamination locale n’avait été enregistré pendant deux semaines, la ville vient d’en répertorier cinq en deux jours.

Les organisateurs de la veillée n’en accusent pas moins l’exécutif, qui est aligné sur Pékin, de se servir du virus pour empêcher la tenue d’un événement qui irrite le gouvernement central. L’Alliance de soutien des mouvement patriotiques de Chine a ainsi appelé les habitants de la ville à allumer où qu’ils soient une bougie ce jeudi soir à 20h et à observer une minute de silence.

(et avec AFP)

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks