SOCIÉTÉ Un masque qui vous rend votre sourire

Un masque qui vous rend votre sourire

-

Pour faire vos courses, dans les transports en commun ou encore sur votre lieu de travail, le masque fait désormais partie de votre quotidien et cache donc en partie de votre visage. Les psychologues s’accordent à dire que cela modifie nos contacts sociaux. C’est ce qui a poussé deux jeunes entrepreneurs, Charles de Bellefroid et Amaury de Broux, à se lancer dans un business original. Ils impriment le bas de votre visage sur des masques en tissu.

« Dans beaucoup de métiers, c’est important de pouvoir continuer à servir des clients et interagir avec des personnes tout en véhiculant une émotion positive. Et qu’on puisse veiller à conserver l’identité de la personne tout en véhiculant une émotion positive. En sortant de ce confinement, on s’est dit qu’on voulait redonner le sourire aux gens et pouvoir les rendre maître de leur identité » nous explique Charles de Bellefroid.

Ils ont d’abord souhaité en offrir aux membres du personnel hospitalier. Après avoir installé leur borne photo, les employés viennent tour à tour pour prendre une photo de leur visage. Seul le bas est conservé, la photo est ensuite imprimée avant d’être collée sur un masque en tissu. L’opération ne prend que quelques minutes.

Et visiblement, le personnel est ravi. « Avec le masque, c’est difficile d’accueillir le patient avec un sourire. Surtout que c’est une période où l’on doit être rassurant, accueillant et même plus chaleureux que d’habitude pour rassurer les patients et les accompagner dans leurs angoisses. Avec ce masque, cela ne va pas remplacer le vrai sourire mais cela montre notre volonté de les accueillir encore avec ce sourire » confie Hind Ouali, adjointe à la direction des opérations au CHU Brugmann.

Un enthousiasme que partage aussi Melissa Chavanon. Elle travaille au secrétariat de psychiatrie de l’hôpital. « Je trouve que c’est une bonne idée de voir le sourire des gens et de voir leur visage en entier même si ce n’est pas leur visage réel. Mais, au moins, cela donne une idée de qui on a devant nous. Parce que, parfois, on croise quelqu’un et on ne sait pas toujours qui on a croisé. »

Mais si Charles et Amaury ont tenu à venir dans un hôpital pour offrir quelques masques, l’idée est bien d’en faire un business car depuis le début de la crise leur activité est complètement à l’arrêt. Ces entrepreneurs travaillent dans l’événementiel et ces photomatons sont destinés à être loués pour des mariages par exemple. Mais, avec la crise sanitaire, tout a été annulé.

« On l’a fait parce que l’on trouvait ça fun, cela permet de casser le quotidien. Maintenant, est-ce qu’on arrivera à générer du nouveau business ? C’est le but mais on sait qu’on n’en vivra pas non plus comme des rois. Si cela permet quelque chose, c’est de continuer à survivre parce que, à mon avis, avant 2021, il ne se passera pas grand-chose dans l’événementiel. L’idée est que l’on puisse tenir jusque-là » dit Charles de Bellefroid.

Il a donc fallu se réinventer. « On commercialise ce service sur un site et là, on s’adresse aux particuliers et aux entreprises. Pour les particuliers, on peut commander son masque sur le site en envoyant une photo. Pour les entreprises, on vient avec le setup et on propose une activité ludique aux employés et l’idée est qu’ils puissent repartir avec un masque personnalisé à l’effigie de leur visage. »

Une société de menuiserie liégeoise, qui compte une cinquantaine d’employés, a fait appel à leur service.

Benoît Gaudissart, le gérant explique cette démarche. « Nous sommes dans une activité où nous avons dû être assez stricts au niveau des règles sanitaires et on a choisi d’imposer le masque, aussi bien pour les gens de l’atelier que pour ceux qui vont sur chantier. Et c’est plus sympa que les masques que vous pouvez trouver sur le marché. »

Pour les entreprises, c’est aussi une manière d’être visible puisqu’il est possible d’ajouter son logo sur les masques. Une visibilité non négligeable pour le moment. Il faut dire que ces masques attirent le regard et font rire. « Il ne faut pas être vite gêné » s’amuse l’un des employés en découvrant sa photo.

« C’est une bonne initiative et cela permettra aux gens de sourire malgré la situation difficile » nous confie Laurent qui travaille dans l’atelier. Et quand ils se voient entre collègues avec ce masque, « ça nous fait rire nous, c’est vraiment chouette. » D’autant plus que le fait de travailler avec un masque en permanence n’est pas évident pour ses travailleurs entre la chaleur, le bruit et le masque désormais, « il faut parler plus fort à longueur de journée et ce n’est pas toujours évident  » selon Laurent. Ces masques semblent donc venir égayer la journée de ses employés en leur rendant une partie même figée de leur visage.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks