ECONOMIE Prendre l'avion risque de vous coûter plus cher

Prendre l’avion risque de vous coûter plus cher

-

Les compagnies aériennes, heurtées de plein fouet par la crise liée au Covid-19, pourraient augmenter les prix des billets pour pallier les pertes.

Parmi les secteurs économiques très violemment frappés par la crise liée au Covid-19 on trouve les compagnies aériennes. Avec les mesures de confinement, plus aucun vol ou presque n’a été autorisé à décoller dans de nombreux pays. Le déconfinement progressif est un enjeu de taille pour des centaines de compagnies qui espèrent pouvoir se relancer. Mais un doute plane toujours sur les prix à appliquer.

S’aligner sur le pouvoir d’achat ou augmenter les prix pour pallier les pertes, les géants aériens s’interrogent. Pour fixer leurs tarifs, les entreprises s’alignent habituellement sur les données relatives à la fréquentation. Mais la situation actuelle est sans précédent. «Qu’est-ce que les compagnies aériennes sont censées faire quand les denrnières données sont radicalement différentes, ou plus adaptées à de futurs calculs?», s’interroge Benjamin Cany, membre de l’entreprise Amadeus, consultant pour des compagnies d’aviation.

«Il faut comprendre la motivation du consommateur à voyager et combien il est prêt à payer son billet. Les compagnies basent ensuite leurs calculs en fonction de leur capacité d’accueil et d’une myriade d’autres facteurs. Elles veulent viser le meilleur prix à la fois pour leurs bénéfices, mais aussi pour les voyageurs», explique Benjamin Cany.

La demande, cette grande inconnue

S’appuyer sur les modèles de consommation des années antéreures risque d’être inefficace et inapproprié à la situation, selon l’expert. Seule issue, s’appuyer sur les données scientifiques issues des calculs obtenus grâce à des algorythmes et des modélisations de la demande.

Dans notre économie, la loi de l’offre et de la demande régit tout. Mais dans une situation si complexe, il est devenu impossible de s’appuyer dessus pour anticiper. L’industrie aérienne garde presque toujours un œil sur les fluctuations de la demande et la contrôle aisément grâce à sa gestion des prix. Lorsqu’elle est insuffisante, les compagnies baissent leurs tarifs pour attirer la clientèle.

Les stratégies mises en place pour relancer l’économie aérienne sont donc au cœur des discussions et les points de vue diffèrent. Joe Leader, directeur d’Apex Aviation, compte sur la confiance instaurée par les mesures sanitaires ainsi que les prix bas pour retrouver des passagèr·es. Un sentiment qui n’est qu’en partie partagé par Paul Simmons, qui fut cadre dans des compagnies aériennes. «Il est possible que les anciennes manières de baisser les prix des sièges pour retrouver des clients ne fonctionnent plus aussi bien qu’avant. Les gens ont peut-être des inquiétudes qui vont au-delà des prix», explique-t-il.

L’Association internationale du transport aérien s’attend à une faible demande dans les premiers temps de la reprise des vols de ligne, mais compte s’appuyer sur le faible coût du fuel pour limiter les pertes économiques.

Réguler l’offre

Pour éviter les pertes financières trop importantes, les compagnies aériennes prévoient de retirer de la circulation les engins anciens pour ne s’appuyer que sur les nouveaux avions. Ce choix est un moyen pour les entreprises de réduire les coûts tout en réduisant l’offre, afin d’être plus attractives. Airbus et Boeing ont d’ores et déjà annoncé le ralentissement de la cadence de production de nouveaux appareils. Lorsque la demande augmentera à nouveau, la fabrication reprendra.

La cise liée au Covid-19 aura cependant changé le visage de l’aviation de ligne en forçant de nombreuses entreprises à mettre la clé sous la porte. «La régulation de l’offre et de la demande pourrait prendre du temps, explique Simmons, ce qui pourrait mener à une augmentation des prix à moyen terme.»

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks