ACCUEIL Cette star de YouTube s'est confinée sur une île...

Cette star de YouTube s’est confinée sur une île paradisiaque

-

Le confinement à la maison ? Très peu pour Eva Zu Beck. Cette Polonaise vit depuis deux mois sur une petite île de l’océan Indien. Et semble couler des jours heureux.

Elle a atterri sur l’île de Socotra le 11 mars. À l’origine, elle devait simplement y courir un marathon et y rester quelques jours supplémentaires. Sauf qu’après la course, le 15 mars, les concurrents et elle apprennent que le confinement se généralise à travers le monde. On leur propose un avion dans la journée pour regagner leurs pays respectifs. Tout le monde embarque… sauf Eva Zu Beck. La Polonaise décide de rester sur l’île, où elle vit maintenant depuis plus de deux mois.

Paradis partagé, paradis préservé ?

Socotra est une île du Yémen, située à l’entrée du Golfe d’Aden. Mais si le Yémen est dévasté par la guerre, si le Golfe d’Aden est infesté de pirates, Socotra est elle une perle de l’océan Indien. L’eau y est turquoise, les falaises vertigineuses, les dunes de sables impressionnantes et l’hospitalité, omniprésente. Autrement dit, Eva Zu Beck vit dans un petit paradis. Et ne manque pas de le partager sur les réseaux sociaux, entre son compte Instagram (453 000 abonnés) et sa chaîne Youtube (508 000 abonnés).

“J’avais des papillons dans le ventre en voyant partir l’avion”, raconte Eva Zu Beck à CNN. “Mais je savais que j’avais pris la bonne décision.” Depuis, la Polonaise à la vie de rêve vit simplement, sous la tente ou chez les habitants. “Il y a un code d’hospitalité appelé Karam”, dit-elle, avouant avoir du mal à faire accepter à ses hôtes une contribution financière. Au total, elle estime ses dépenses autour de 200 $ par mois. Au programme : randonnées, plongée sous-marine, balades en moto et lecture. Un confinement plutôt agréable.

D’autant que Socotra est un des rares endroits du monde totalement épargné par les mesures de restriction des déplacements. L’île ne connait pas un seul cas de Covid-19, alors “c’est comme si nous étions dans un univers parallèle” dit-elle, après avoir concédé ne pas avoir tout de suite pris la mesure de l’ampleur de la pandémie dans le monde.

View this post on Instagram

IT MAY FEEL LIKE THE WORLD HAS COME TO A HALT – BUT IT REALLY HASN’T. There is an idea in Greek philosophy that my father taught me once: “Panta Rhei”. Everything flows. Whenever I run into a creative or emotional block in my life, I remember that phrase to remind myself that the feeling of a standstill is only an illusion. Nothing ever really stops, when the parts around you keep moving and time keeps flowing. I feel that the same principle applies to the world we are living in today. Everything flows. Everything is still moving. Nature continues to blossom into spring – perhaps with more fervor than ever before, because we’re not there to disturb her. Many frontline workers continue to provide essential services. Doctors, shop assistants, street cleaners, journalists. Their daily routines have only sped up. And if you’re stuck at home, that doesn’t mean you’re stuck in time. Trust me, you are also floating along with the ebb and flow of the universe. Everything flows. You are changing every day. Even if you didn’t move a finger yesterday, today you ARE a slightly different person. One day older, endowed with the new experience of not having moved a finger on 14 April 2020. Everything flows. I find this idea incredibly powerful, because it forces you to take ownership of your own vessel in an ever-changing universe. Because it promises that all things – good and bad – will eventually come to an end. Everything flows. If you feel yourself flowing down, remember that soon you will flow upwards. If you see no hope for the world, remember that the world will change and flow. If you are living in uncertainty today, remember that every question has an answer, and that answer will flow in, too. You are always in my thoughts and in my heart. Stay safe. Stay strong. Stay sane. ❤️

A post shared by Eva zu Beck ♡ Adventure Travel (@evazubeck) on

Paradis isolé, paradis perdu

Un monde merveilleux ? Presque. Après deux mois seule au paradis, Eva Zu Beck ne semble pas adhérer à la maxime de Sartre selon laquelle “l’enfer, c’est les autres”. Ses proches lui manquent d’autant plus qu’elle ne peut pas communiquer facilement : “Le wifi n’est pas assez puissant pour Skype ou Facetime, et les coupures de courant sont fréquentes, donc je dois me contenter du téléphone lorsque j’ai du réseau”, regrette-t-elle. Oui, le paradis n’a pas de wifi – et c’est peut-être ce qui en fait un paradis.

Alors, après plus de deux mois sur place, Eva Zu Beck s’interroge : “Je me demande chaque jour combien de temps vais-je encore devoir rester ici”. Et conclut, comme désenchantée : “S’il y avait un avion demain, je le prendrais immédiatement”.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks