ACCUEIL DÉCÈS DE L’ANCIEN MINISTRE DE LA PRIVATISATION, ABDERRAHMANE SAAIDI,...

DÉCÈS DE L’ANCIEN MINISTRE DE LA PRIVATISATION, ABDERRAHMANE SAAIDI, À L’ÂGE DE 74 ANS

-

Il était l’un des plus brillants ministres de sa génération. Egalement ancien directeur général de la raffinerie Samir, Abderrahmane Saaidi est décédé dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 mai, à l’âge de 74 ans.

Ministre de la Privatisation de 1993 à 1998, Abderrahmane Saaidi figure parmi les rares compétences ayant accompagné le début du processus de libéralisation de l’économie nationale à la fin du siècle dernier. Il a, à ce titre, participé à la dynamisation de la Bourse de Casablanca et du secteur des télécommunications.

Saaidi a assumé ses fonctions ministérielles à une époque où la privatisation était mal perçue par l’opinion publique et les syndicats qui y voyaient le prélude d’une hégémonie du secteur privé au détriment des acquis sociaux des fonctionnaires. Saaidi ne se souciait guère des critiques qui remettaient en cause le choix stratégique de la libéralisation, enchaînant les cessions de parts détenues par l’Etat dans plusieurs entreprises publiques, dont certaines comptaient parmi les fleurons de l’industrie nationale.


La cession en 1997 de la Samir a sans doute marqué la suite de sa carrière. Le fait qu’il soit coopté cinq ans plus tard par le groupe saoudien Corral pour diriger la raffinerie qu’il lui-même privatisé lui a valu de féroces critiques. Surtout que la Samir a continué à bénéficier d’un quasi-monopole sur le marché des produits pétroliers après que Saaidi ait pu négocier le maintien d’une protection douanière (entre 2002 et 2007) en contrepartie de la réalisation d’une série d’investissements coûteux et à forte intensité technologique (hydrocracker). «J’ai assuré une fonction difficile, il fallait en assumer les risques. J’estime que j’ai été loyal envers mon pays et mon roi. Je n’ai rien à me reprocher», ainsi répondait l’ancien ministre aux journalistes qui sondaient sa réaction en évoquant cet épisode.

Abderrahmane Saaidi est connu aussi pour son savoir-faire dans les domaines du droit des affaires et du droit fiscal, étant lui-même expert comptable et commissaire aux comptes. Son cabinet situé à Place Maréchal (Casablanca) jouit d’une bonne réputation au sein des milieux d’affaires. Il comptait parmi ses associés un certain Mohamed Hdid, plusieurs fois président de la commission fiscale de la CGEM et négociateur attitré des lois de finances et des mesures fiscales qui en découlent au nom de la confédération patronale. 

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks