INTERNATIONAL "Wall Street rêve d'embrasser la Belle au bois dormant"

« Wall Street rêve d’embrasser la Belle au bois dormant »

-

Les institutions fédérales et financières des États-Unis sont prêtes à tout pour surmonter la crise due au Covid-19. Mais à quel prix? Ce scénario va-t-il tourner au désastre, s’interroge Arnaud Leparmentier, correspondant du « Monde » à New York.

Les financiers sont des adultes qui rêvent d’embrasser la Belle au bois dormant pour la réveiller de cent ans de sommeil. Comme si rien ne s’était passé entre-temps et que le temps avait été suspendu. C’est ce que fait Wall Street, qui a décidé de surmonter la crise due au Covid-19 et vit déjà l’idylle du monde après. La Bourse parie sur un rebond rapide, en «V», qui permettra à l’économie de redémarrer, et pense que tout recommencera comme avant. Pour réaliser ce rêve, pendant le sommeil forcé de l’économie, les bonnes et les mauvaises fées sont activées. Pour que tout soit comme avant, en mieux.

La première fée s’appelle Silicon Valley. La crise provoquée par Covid-19 est le triomphe de l’Amérique de haute technologie sur l’Europe dans le tourisme. Le Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sortira renforcé de la crise, permettant à la planète de continuer à tourner au minimum pendant l’épidémie, tandis qu’un grand nombre de PME de haute technologie, comme la téléconférence Zoom, ont émergé. La crise est des dommages collatéraux – air, voiture, PME – mais, au fond, il accélère la bascule dans le monde virtuel du XXI  du siècle.

La deuxième fée est le Congrès américain et l’administration Trump. Ne dites plus jamais que les États-Unis sont le pays du laissez-faire: Washington a décidé d’un plan de relance massif pour aider les citoyens et les entreprises. 660 milliards de dollars (609,40 millions d’euros) de prêts aux PME pour soutenir leurs salaires; 2 400 $ par mois en assurance-chômage fédérale supplémentaire; un chèque individuel de l’administration fiscale de 1 200 $.

Au total, la relance votée par le Congrès a atteint 3,5 billions de dollars, soit environ 15% du produit intérieur brut (PIB)! Un chiffre à comparer à la récession qui devrait avoisiner les 7%, contre une croissance attendue d’environ 2%. «L’État américain a réagi au choc. Il a supporté 150% du coût de la crise.

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Le racisme étouffe l’Amérique

Source http://www.slate.fr/ Depuis le meurtre de George Floyd, les États-Unis ont pris feu. Récit, jour après jour, d'un incendie qui...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks