SANTÉ Moins vous sortez et plus vous avez peur de...

Moins vous sortez et plus vous avez peur de le faire? C’est normal.

-

Rares sont les personnes qui ont conservé l’habitude de passer du temps à l’extérieur et en société depuis le début du confinement. Pour les confiné·es qui ne travaillent plus ou le font à distance, l’habitude de naviguer en société est peut-être aujourd’hui un lointain souvenir. À mesure que le déconfinement approche, cette perte de repères peut faire naître une certaine anxiété. Laura Guaglio, psychologue et psychothérapeute, a expliqué à Vice qu’il n’y a rien d’inquiétant dans cette réaction. «On se demande “Pourquoi j’arrivais sans difficulté à sortir avant et plus maintenant?”, développe-t-elle. La principale différence est que l’on est à présent face à un événement stressant, qui change notre comportement et notre vision des choses.»

Ressentir de l’anxiété serait totalement normal, voire sain, selon la psychothérapeute. Compte tenu du caractère inédit de la situation, l’appréhension est parfois la seule réaction possible, même pour des personnes non sujettes à de l’agoraphobie ou à des troubles anxieux.

«Il est possible que vous n’acceptiez pas que votre vie soit totalement bouleversée. Mais quand vous sortez, vous voyez que le monde tel que vous le connaissez a changé, rassure Laura Guaglio. Les rues sont désertes, les magasins fermés, tout le monde porte des masques et des gants. Cette nouvelle réalité peut être déconcertante et difficile à accepter.»

À LIRE AUSSI Peut-on envisager une Afrique sans catastrophe?

Un cercle vicieux

Sur le plan neurobiologique et physique, moins on fait de l’exercice et on sort, moins on a envie de le faire. Si l’on ajoute la peur de tomber malade, alors l’hypocondrie et la paranoïa pourraient vite surgir.

La peur et l’angoisse ressenties actuellement sont justifiées, mais pour éviter de se laisser aller à la psychose, il faut faire face à ses anxiétés. Se confier peut être un excellent moyen d’y remédier.

Ces sentiments sont suceptibles de nous hanter après la fin du confinement, mais Laura Guaglio met en garde: «Si les symptômes n’ont pas disparu après trois à six mois, il est conseillé de consulter un praticien.»

Dernières nouvelles

Haut-Karabakh: le Premier ministre arménien Nikol Pachinian se défend

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian est fragilisé après la défaite militaire face à l’Azerbaïdjan dans le conflit...

RDC-Angola – Décès de l’homme d’affaires Sindika Dokolo

L’homme d’affaires et collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo est décédé, le 29 octobre, à la suite d’un accident de...

Terne fin de campagne en Côte d’Ivoire

En Côte d'Ivoire, sur les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, seuls deux ont fait campagne. Le président sortant Alassane Ouattara et le candidat indépendant Konan...

Doit lire

Au Burkina Faso, une ferme agroécologique veut réinventer « le monde d’après »

La crise du coronavirus met en évidence la dépendance du pays aux importations… sauf pour ceux qui, comme l’association Béo-neere, ont fait le pari du bio et du circuit court.

Coronavirus : des milliers de morts inexpliqués en Afrique du Sud

Il est à craindre que le nombre de décès dus au coronavirus en Afrique du Sud soit nettement supérieur...

Un accord pour le report de la mise en eau du barrage Grand Renaissance trouvé entre l’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan ont indiqué dans une déclaration commune que « le Grand Renaissance Dam, le gigantesque barrage...

RELIGION

Réouverture des mosquées à Tripoli

Les mosquées de la capitale libyenne Tripoli et de...

Un fidèle musulman assassiné : le Premier ministre canadien exprime sa compassion

Mohamed-Aslim Zafis, 58 ans, un gardien bénévole d’une mosquée...

vous pourriez aussi aimer
Recommandé pour vous

Traduire »
%d blogueurs aiment cette page :
Enable Notifications    OK No thanks